les amis des rats NEW

Forum d'entre aide aux collectionneurs, brocante, meubles, livres, vieux papiers...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les nouvelles de la bande dessinée adulte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les nouvelles de la bande dessinée adulte   Mer 16 Jan - 15:58


Les nouvelles de la bande dessinée adulte
Par Serge Hénoque AP - Mercredi 16 janvier, 12h00PARIS - Influencé par Franck Margerin, géniteur de "Lucien", anti-héros mythique à la dégaine flegmatique, Cvejic Kristijan, alias Dikeuss, éditeur de Septième Choc, s'impose comme un talentueux imagier des faits de société. Sa série "Les banlieuzards", débute avec un premier titre, "Saison 1", qui raconte en une ou plusieurs planches, les aléas, déboires et aventures rocambolesques de cinq pieds-nickelés de toutes les couleurs, galériens des cités bétonnées. Avec ses héros sympathiques, Dikeuss touche de près la corde sensible du mal-être d'une jeunesse refoulée -lui-même étant issu de la banlieue- mais son objectif n'est pas d'enfermer le lecteur dans un ghetto. Loin de là, puisque les cinq lascars, Dom-Dom, Abdel, Léo, Bruno et Gilles nagent dans le bonheur et ne visent qu'un objectif commun: celui de séduire les nanas tout en faisant les 400 coups pour tromper leur ennui. Avec verlan de rigueur, baston, un soupçon d'ivresse, le tout enrobé dans un humour acide, cette série est de celles qui font mouche.
Ed. Septième choc - Intervista -col. "Urban city"- (48 pages, 12,90 euros)
-0-0-0-
Kahori Onozucca donne un coup de torchon aux tabous sexuels dans "Nico Says", un album étourdissant où tous les fantasmes sont permis. En cinq histoires, on pénètre ainsi dans l'univers de lycéennes licencieuses et de jeunes sportives qui se lancent à corps éperdus dans les méandres des plaisirs charnels. On découvre Maki, amoureuse de Sagawa, bisexuel, qui l'incitera à connaître le triolisme, allant même jusqu'à filmer leurs ébats communs. Fragiles, curieuses, sur la frontière entre l'enfance et l'âge adulte, mais avec l'irrépressible besoin d'être désirée, Ikenaga, star du basket, rencontrera Fujino qui lui fera découvrir le total extase. Et tout au long de cet album osé à l'extrême, on découvre un univers féminin où les garçons sont omniprésents. Dans la cour du lycée, aussi bien que dans la chambre prude des filles, elles ne caressent en fait qu'une envie, celle de goûter à l'amour total pour la première fois.
Ed. Delcourt -col. "Jôhin"- (320 pages, 12,90 euros)
-0-0-0-
Comprendre les femmes est un art subtil, que seul un mâle chevronné peut décrypter. Dikeuss, liaisons et ruptures aidant, avoue sans honte aucune connaître son sujet sur le bout des ongles, comme en témoigne son savoureux album "Le dico des femmes", qui analyse les phrases typiques projetées telles des balles par la gent féminine. Si une femme demande à son ami s'il n'a rien remarqué, cette phrase sibylline signifie simplement qu'il n'a pas vu qu'elle avait grossi. Dans cet album sous forme thématique, on saute du couple à la jalousie. Mais gare là aussi aux petites phrases perfides. Que la belle profère: "elle a l'air sympa ta meilleure amie Sylvie". Traduction: "je déteste cette connasse". Au shopping, le summum de l'outrecuidance est atteint si la femme constate: "ma carte bleue ne passe pas?". Interprétation: "Qui êtes-vous pour m'empêcher de dépenser l'argent que je n'ai pas?". Un album éclatant, illustré par les dessins d'une femme, Xav, puisqu'elles seules connaissent selon l'auteur "le dessous des cartes"!
Ed. Septième choc - Intervista -col. "Humour"- (48 pages, 12 euros)
-0-0-0-
Les collectionneurs, par le biais de "Surplus Universalis", ne peuvent rater la découverte des coulisses de certaines séries phares qui ont ouvert les portes du succès à Fred Blanchard. Illustrateur, designer, auteur de "Star Wars" et créateur pour la presse et le cinéma, il dévoile son travail, de croquis en esquisse jusqu'à la phase finale de "Casus Belli" à "Carmen Mac Callum", en détaillant chaque étape d'une planche. De plus, il décortique ses innovation, tel un Jules Verne des temps modernes. Du sous-marin capable de tous les exploits à la navette intergalactique, ses dessins sont fouillés à l'extrême. Et puis, il y a les femmes, belle comme Afaa, destinée à une exposition, ou cette femme qui apparaît dans "Step by step". Belle, nue, aux seins proéminents, elle défile, fière et digne, tel un zombie au milieu d'une cohorte de femmes robotisées. Un livre dense accompagné des textes de Vatine et Mignola et d'une postface du maître Moebius.
Ed. Delcourt -col. "Hors collection"- (96 pages, 25 euros)
-0-0-0-
La série "Au centre du Nowhere", raconte les tribulations déjantées de la famille Edison au coeur des années 50. Une saga à se prendre la tête entre les mains, dont le tome 3 titré "Quand la ville somnole", ouvre sur les traditions familiales ancrées dans le pire. En marge de l'événement qui secoue la ville, l'arrivée du rocker un peu fou, Rudy Holly, l'épicerie familiale Edison fait tourner la tête de la jeune génération. L'ancêtre, le vieil Elmore a passé l'arme à gauche, emportant dans sa tombe la recette de son alcool de saumon, cependant que le reste du clan, jamais à court d'idées, profite que la ville soit en ébullition pour concocter confiture à base de méduses et vendre des champignons hallucinogènes. Une série à rebondissement signée Jean-Luc Cornette, qui après avoir scénarisé "Les enfants terribles", s'est tourné vers la BD adulte. Au dessin, on retrouve le trait à l'énergie de Michel Constant, qui a débuté aux côtés de Denis Lapière, avant de se faire un nom en parcourant les routes mythiques de la planète avec la série "Bitume".
Ed. Lombard (48 pages, 9,80 euros)
-0-0-0-
David Munoz, aux crayons, allie le comique, le drame et la SF. Tirso, au dessin, a obtenu dès son premier album "L'oeil du diable", le prix du meilleur album romanesque au festival de Moulins. Ce duo de choc se lance dans un nouveau genre et plonge le lecteur dans l'enfer de l'expérimentation humaine avec la série "Le manoir des murmures". Dans le tome 1, "Sarah", on découvre en 1949, quelque part en Europe centrale, un orphelinat où sont admis les enfants ayant survécu à l'injection d'un virus. Un virus créé par les nazis dans le but de transformer les hommes en soldats invincibles, mais tellement mal mis au point qu'il métamorphose en fait les cobayes en monstres! Confinés, les enfants sélectionnés dont Sarah, découvrent, outre leur mutation, qu'une mystérieuse voix s'insinue dans leur esprit. Avide de trouver ce qu'elle est advenue, Sarah se trouve des alliés, Milos et Jan. Et ensemble, ils vont tout tenter pour reprendre le contrôle de leurs corps.
Ed. Humanoïdes associés (64 pages, 12,90 euros)
-0-0-0-
Sous la férule de Brigitte Luciani et de l'énigmatique dessinatrice répondant au pseudo de Colonel Moutarde, on découvre la vie aventureuse de Jade, jeune et séduisante actrice. Dans cet album au style léger intitulé "Comédie d'amour", on glisse dans le Paris du cinéma, du libertinage et aussi dans celui de l'amour. Mais Jade n'a pas de chance. Elle vient d'essuyer les plâtres de son énième échec sentimental et se montre bien décidée cette fois à ne plus s'amouracher du premier histrion venu. A ce point, que, fleur bleue, et pour ne plus se laisser troubler et tenter, elle refuse dorénavant de jouer des rôles de midinette dans les films romantiques. Mais ces belles résolutions sont prises sans compter sur le chat de la belle. Il se sauve sur les toits, où Jade tente de le récupérer, pour chuter dans les bras d'un bel inconnu! Et là, ses yeux rivés dans ceux de son sauveur, la tête déjà lui tourne. Succombera-t-elle un peu, beaucoup, ou pas du tout?
Ed. Delcourt -col. "Hors collection"- (48 pages, 13,95 euros)
-0-0-0-
Album à ne rater à aucun prix, "Maladies d'amour", tome 2 de la série "Les chansons de Johnny en BD", propose onze des plus beaux titres interprétés par la star. Chacun d'entre eux débute en page gauche par le texte de la chanson, relayée en page droite et en quelques planches par son histoire. Mais afin de rendre tout le tonus à ses textes d'une grande pureté: "Le chanteur abandonné", "Quelque chose de Tennessee" et d'autres, douze parmi les meilleurs graphistes dont Gérard Parel, Dany, etc. "font" du Johnny plus vrai que nature. Pour illustrer la chanson "L'envie", qui use de mots antidotes à l'amour, Robin Recht utilise un rouge sang pour mettre l'interprète en scène. "Je t'aime à l'infini", illustré par Olivier Berlion, montre sur des couleurs tendres, l'amour dans toute sa candeur. Un livre fort, qui se moque du temps qui passe, et qui traverse les époques, tout comme Johnny, icône de la chanson française, adulée par plusieurs générations de fans.
Ed. Soleil (64 pages, 14,95 euros)
Revenir en haut Aller en bas
 
Les nouvelles de la bande dessinée adulte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu - Les répliques de la bande dessinée
» Les techniques d'emploi de la couleur dans la bande dessinée
» La bande dessinée- Histoire de l'Art
» Etienne LE RALLIC, le chantre de la bande dessinée historique
» Technique Bande Dessinée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les amis des rats NEW :: Forum Général Collectionneurs. :: Collectionneurs posez vos questions ? :: Le Forum des Maitres Livres BD et Vieux papiers-
Sauter vers: